Anglais Espagnol |
Actualités - Galerie - Contact - Newsletter - FAQ - Liens
Poisson chat Clair obscur Nuit-Oursin

Actualités

Partenaire technique de cette plongée en très haute altitude, dans les eaux turquoises du lac Pangong Tso à la frontière de l’Inde et de la Chine, vous livre le retour de l’équipe de Pangong Project qui a choisi les modèles FOCUS 4/12 avec Connect-sytem pour le montage sur leur caisson et pour profiter d‘une grande puissance en mode vidéo tout en bénéficiant d’un faisceau concentré en cas de mauvaise visibilité.

 

 

Quels étaient vos besoins et contraintes pour l’expédition (besoin d’éclairage vidéo, explo, éclairage extérieur…) ?

 

Tout le matériel devait être acheminé au lac à dos d’homme ou de mules durant 8 jours de marche (aller et retour) et représentait un total de près de 800 kg. Le poids était donc extrêmement critique. Nous avions besoin d’éclairages fiables, puissants et polyvalents pour de la prise d’image mais également un faisceau concentré pour de l’explo. Nous ne connaissions pas les conditions de visibilité dans lesquelles nous devrions évoluer. La possibilité d’avoir un éclairage sous-marin pouvant être utiliser en extérieur était également un gain de poids non négligeable.

Tout notre matériel était chargé à l’aide d’une petite centrale solaire. Nous devions avoir suffisamment de pack accus en cas de mauvais temps, résistant également à de basses températures (nuits en bivouac).

 

Quels phares avez-vous utilisé pendant votre expédition ? (Focus 4/12 avec connect-system, B-one et Focus 2/6, Pack accus de rechange)

 

Après discussion avec l’équipe Bersub, nous sommes sans hésiter partis sur deux Focus 4/12 en éclairages principaux que nous pouvions monter sur le caisson vidéo et photo à l’aide d’un connect-system pour alléger les bras. Nous avions également la possibilité de déporter l’éclairage sur les plongeurs pour varier les prises d’image ou lors de plongées d’explo. Une Focus 2/6 complétait notre équipement et apportait de la puissance supplémentaire. Nous avions pour chacun des phares un pack accus de rechange mis en charge en permanence sur la centrale solaire.

Nous avions une B-one en back-up que nous pouvions également utiliser au campement. Elle nous permettait d’éclairer la tente messe ou notre zone de gonflage lorsque la nuit tombait.

 

Quelles étaient les conditions de plongée (visibilité, profondeur, températures..) ?

 

Les pluies intenses, précédant notre arrivée, ont chargé l’eau en particules. Les conditions de visibilité n’étaient donc pas optimales. Par chance, la température de l’eau était au-dessus de nos attentes ! L’été au Dolpo (district du Népal) a été tempéré, nous avons plongé dans une eau à 12°C.

 

En plus de l’exploration, un des objectifs de cette expédition était de mieux comprendre l’impact de l’altitude et de la différence de pression atmosphérique sur nos profils de plongée. L’isolement, sans accès à un caisson de recompression en cas d’ADD, et la zone grise que présentent les tables de plongée à ces altitudes nous ont contraint à évoluer à une profondeur maximale de 30 mètres, ce qui équivaut à une plongée de près de 50 mètres au niveau de la mer.

 

Les modèles utilisés ont-ils répondu à vos attentes ?

 

Oui ! La polyvalence des éclairages et leur puissance se sont avérées extrêmement utiles au vu des conditions. Le transport à dos de mule a été critique pour le matériel ! Elles ne ménageaient pas nos équipements en se frottant contre les parois rocheuses et en se couchant sur les sacs d’expédition. Les phares robustes ont tenu le choc et aucune casse n’a été à déplorer.

Nous avons pu mettre en lumière les fonds du lac Phoksundo et en sortir des images photos et vidéos malgré une eau chargée.

Les packs batteries ont également fait leurs preuves avec une très bonne autonomie et une vitesse de charge optimale dans des conditions difficiles.

Nous repartirions sans hésiter avec le même matériel.

       

Selon votre expérience, un phare est-il toujours nécessaire pour la plongée en lac (et en mer) ?

 

En tant que plongeurs lac, nous ne partons jamais sans éclairage. La lumière du soleil atteint tout au mieux 20 mètres de fond dans de bonnes conditions. Au-dessous de 30 mètres, c’est le noir complet. C’est également un élément de sécurité, les fonds sont souvent volatiles et la visibilité peut très vite être altérée. Un phare nous permet de communiquer et de garder un contact visuel avec son binôme.

Dans le cas de prise d’images, un phare est indispensable car il permet de rendre les couleurs. Même lorsque le caisson photo dort à l’atelier, lors de nos plongées en mer, nous n’hésitons pas à embarquer de l’éclairage… Pourquoi se priver de si belles couleurs ?

Nous mettons un point d’honneur à choisir du matériel de qualité et qui a fait ses preuves. Nous aimons pouvoir compter sur un SAV réactif et des conseils avisés du fabricant !

 

Merci à Loïc Ray pour son témoignage.

 

| Bersub - 235 Zone du jasmin - 73240 Saint-Genix sur Guiers (France) - Tél : 04 76 32 58 91 - Mentions légales - Gestion des cookies